WELCOME

Fiscalité et FNB : Il ne s’agit pas de savoir combien vous payez, mais combien il vous reste en finale

20 September 2012 | Informations sur les FNB

 Imprimer

 Supprimer  Sauvegarder

Les investisseurs sont souvent préoccupés par l’impact de la fiscalité sur leurs portefeuilles. Toutefois, la peur de l'incidence fiscale a des inconvénients. Vous pouvez décider de choisir des rendements après taxes et impôts plus faibles de manière à réduire votre imposition. C’est un élément important à prendre en compte lorsque vous investissez dans des fonds négociés en bourse (FNB) qui sont souvent recommandés pour leur efficacité fiscale.

Lorsque les investisseurs choisissent les placements les plus efficaces sur le plan fiscal, ils peuvent agir comme celui qui refuse une augmentation de salaire de 1 000 $ pour ne pas payer 200 $ d'impôts. Quelquefois, payer plus d’impôts signifie gagner plus, et payer moins signifie gagner moins. Il ne s’agit pas de savoir combien vous payez, mais combien il vous reste en finale.

Cette confusion découle de la tentative de maximiser l’efficience fiscale. Les rendements qu’un investisseur enregistre en finale sont nets de frais, nets d'impôts sur les dividendes et les revenus d’intérêts, nets d’impôts sur les distributions de gains en capital, et nets d’impôts sur le produit de la vente du placement, si plus-value il y a. Cependant, la plupart des facteurs sur lesquels se fient les investisseurs et les conseillers pour mesurer l’efficience fiscale d’un placement ne prennent pas en compte l’intégralité des éléments.

Le rendement du placement après impôts donne un meilleur aperçu du rendement réel qu’un investisseur percevra. Tenez un exemple ci-dessous :

FNB A et FNB B ont exactement la même composition de portefeuille. Les deux portefeuilles ont généré un rendement boursier de 2 % et un rendement annuel de 8 % avant imputation des charges. Les deux FNB ont des ratios de dépenses différents, qui se traduisent par des rendements différents pour les investisseurs.

  FNB A
(ratio de frais de gestion de 0,20%)
FNB B
(ratio de frais de gestion de 0,65%)
Rendement avant couts/impôts 8.00% 8.00%
Rendement avant impôts 7.80% 7.35%
Rendement après impôts* 7.53% 7.11%
Ratio fiscalité-coût 96.5% 96.8%

*Hypothèse de 15 % d’impôts sur les distributions de dividendes, pas de distribution de gains en capital et pas de liquidation de parts du fonds. Cette illustration hypothétique ne représente pas un investissement particulier. Cette illustration ne prend en compte ni les frais liés aux transactions, ni les frais périodiques et/ou facultatifs éventuels autres que les RFG.

L’investisseur du FNB B a enregistré un rendement après impôts représentant 96,8 % du rendement avant impôts, alors que l'investisseur du FNB A n'a perçu que 96,5 % du rendement avant impôts. L’investisseur sensible à la fiscalité aura donc choisi le FNB B, n’est-ce pas ? Faux.

Le FNB A a enregistré un rendement supérieur après impôts. Dans l’hypothèse où chaque personne a investi 100 000 $ sur une année, l’investisseur du FNB a gagné 420 $ de plus que celui du FNB B. Mais comment un placement qui paraît moins avantageux sur le plan fiscal peut-il être le meilleur choix ?

La différence des ratios de dépenses explique l’avantage du FNB A. Les frais d’un FNB sont déduits des dividendes et des revenus d’intérêts du placement. Par conséquent, le FNB A, qui a des frais plus faibles, génère des revenus de dividendes supérieurs à ceux du FNB B. Au moment de l’imposition, le FNB A paie plus que le FNB B. Toutefois, le FNB A reste gagnant parce que ses frais plus faibles lui ont donné l’avantage au départ.

Autre exemple pour illustrer la relation entre les frais et la fiscalité :

Deux personnes investissent chacune dans des FNB qui rapportent 400 $ de dividendes.
Le FNB A comporte des frais de 0,20 %, et le FNB B des frais de 0,40 %.

  Dividendes Frais Distribution de dividendes du FNB 15% d’impôts sur les dividendes Produit net
Investisseur A 400 $ –20$ =380 $ –57 $ =323 $
Investisseur B 400 $ –40$ =360 $ –54 $ =306 $

Cette illustration hypothétique ne représente pas un investissement particulier. Cette illustration ne prend en compte ni les frais liés aux transactions, ni les frais périodiques et/ou facultatifs éventuels autres que les RFG.

Bien qu’il existe plusieurs manières ici de calculer l’efficience fiscale, peu prennent en compte l’incidence finale des frais que les investisseurs versent au gestionnaire de leur placement », déclare M. Dickson. « En fait, les frais plus élevés sont une « taxe » à 100 % versée au promoteur du fonds. Par conséquent, les investisseurs et les conseillers devraient donner une valeur égale aux dépenses lorsqu'ils effectuent un placement en fonction de son efficience fiscale.

Remarques :

Le présent article a été publié pour la première fois par The Vanguard Group Inc. le 15 août 2012. Les informations qu’il contient sont fournies à des fins pédagogiques uniquement; et elles ne doivent donc pas être interprétées comme étant des conseils en placement, juridiques, comptables ou fiscaux. Les informations contenues dans ce rapport ne constituent pas une recommandation, une offre d’achat ou de vente ni une sollicitation d’offre d’achat ou de vente de valeurs mobilières, y compris de tout FNB, ni d'adopter toute stratégie de placement ou de portefeuille particulière. Nous vous recommandons de consulter un conseiller fiscal pour votre propre situation.

  • Tous les placements comportent des risques, notamment celui de la perte du capital.
  • La diversification ne garantit pas un profit et n’est pas une protection contre les pertes dans un marché à la baisse.
  • Les rendements hypothétiques des portefeuilles comportent de nombreuses limites inhérentes, et le présent article ne donne aucune garantie qu'un investisseur réalisera, ou pourrait réaliser, des résultats semblables à ceux évoqués ici.

 Imprimer

 Supprimer  Sauvegarder